Catégories
bibliothèque

chez les Omaha

« Ainsi, un thérapeute Iakota peut s’adresser à une pierre en l’appelant Tunkashila — « Grand-Père ». De même, chez les Omaha, on s’adressera à un rocher avec le respect et la révérence qui conviennent à un très vieil aîné :

impassible

depuis un temps sans

fin

tu reposes

là au milieu des sentiers

au milieu des vents

tu reposes

couvert de fientes d’oiseaux

l’herbe poussant à tes pieds,

ta tête ornée de duvet d’oiseaux

tu reposes

au milieu des vents

tu attends

toi, le Vieux. *

David ABRAM, Comment la terre s’est tue, Paris, La Découverte, 2013, p.99, trad. Didier Demorcy et Elisabeth Stengers

* Kenneth LINCOLN, « Native American Literatures« , Brian SWANN (dir.) Smoothing the Ground : Essays on Native American Oral Literature, Berkeley, University of California Press, 1983, p. 18.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s