Catégories
bibliothèque

ce qui est sauvage

Fatigué de tout ce qui vient avec les mots, des mots

mais pas un langage,

j’ai été sur l’île couverte de neige.

Ce qui est sauvage n’a pas de mots.

Les pages non écrites s’étendent dans toutes les

directions !

J’ai croisé les traces d’un chevreuil sur la neige.

Un langage et pas de mots.

Tomas TRANSTRÖMER

Cité par David ABRAM, Comment la terre s’est tue, Paris, La Découverte, 2013, p.183, trad. Didier Demorcy et Elisabeth Stengers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s